[ACCUEIL] [FESTIVAL DES MUSIQUES INNOVATRICES] [TOTO N’AIME PAS LA SOUPE] [SMI] [BRUNO MEILLIER]



14e édition • Saint-Étienne • du 5 au 16 juin 2003
PROGRAMME

Jeudi 5 juin 20h30
1 • CHEVAL DE FRISE
2 • LA DOUZAINE
Vendredi 6 juin 20h30
3 • COWHAUSE
4 • DELORE / LENTIN / MARTIGNONI
“Un fils de Constantine”
Jeudi 12 juin 20h30
5 • HUGH DAVIES
6 • CHRIS CUTLER
7 • TETUZI AKIYAMA
Vendredi 13 juin 20h30
8 • KAPOTTE MUZIEK
9 • eRikm/ JEROME NOETINGER
10 • ALLPORT : OLIVE
11 • ROEL MEELKOP
12 • KLAXON GUEULE
Samedi 14 juin 16h30
13 • DENZLER / MARIAGE
Samedi 14 juin 20h30
14 • TARA FUKI
Dimanche 15 juin 17h
15 • RED / AKCHOTÉ / PAUVROS
16 • METAMORPHOSIS
Lundi 16 juin 19h
17 • RUSSELL/ WERCHOWSKI/ VÖLKER
Ce carrefour international des musiques d’aujourd’hui est devenu un temps fort de la culture à Saint-Étienne et en Région Rhône-Alpes. Son indéniable originalité et l’intérêt que lui ont porté le public et les médias depuis sa création (en 1987 à la Maison de la Culture de Saint-Étienne), ont consacré ce Festival à l’étranger comme dans notre hexagone. Proposant, avec une exigence de qualité, et une rigueur dans ses choix, une musique créative, bouillonnante et rarement entendue ailleurs, Les Musiques Innovatrices se situent à la croisée des genres musicaux les plus divers : rock, contemporain, jazz, musiques improvisées, musiques du monde…

Sorte de poche de résistance au conformisme musical ambiant — musiques « de front » à distinguer des musiques « de fond » — le Festival des Musiques innovatrices, engage avec le spectateur une relation basée sur l’émotion, la dissidence ou l’égarement, assurément loin des sentiers battus, à l’image de ces trois ornithorynques, mammifères hybrides qui arborent son nouveau logo.

Festival 2008
Festival 2007
Festival 2006
Festival 2005
Festival 2004
Historique et presse du festival
Photos du festival 2003

RENSEIGNEMENTS / RÉSERVATIONS /TARIFS :
TOTO N’AIME PAS LA SOUPE
28 RUE DES MARTYRS DE VINGRÉ, 42000 SAINT-ÉTIENNE
04 77 30 42 68 — 04 77 32 53 28 — ORNITOTO@FREE.FR
PLACE = 8 EUROS
PASS TOTO = 18 EUROS (17 CONCERTS)
ADHÉSION TOTO 2003 = 2 EUROS
   
Jeudi 5 juin 20h30
Salle Marie-Hélène Dasté, 32 rue Etienne Mimard
Thomas Bonvalet : guitare
Vincent Beysselance : batterie
1 • CHEVAL DE FRISE (F)

Étoile montante de la nouvelle génération hexagonale, ce duo (duel ?) guitare-batterie met une instrumentation dépouillée au service d’une écriture baroque et saturée (tout sauf du jazz rock progressif) réminiscente par instants de The Ex ou Juggernaut. Les deux musiciens, roseaux plus que chênes, ploient sous l’impétuosité de leur propre tempête, se mettent et nous mettent en état d’alerte permanent, au bord d’un gouffre immense et aspirant.
À écouter : “Fresques sur les Parois Secrètes du Crâne” (RuminanCe 018)
 

Raoul Binot : saxophones
Patrick Charbonnier : trombone
Cyril Darmedru : saxophones
Laurent Frick : trompette, voix
Renaud Golo : voix, texte
Laurent Grappe : traitement électro-acoustique
Marc Lauras : violoncelles
Gilles Laval : guitare électrique
Daniel Mariotte : basse électrique
Denis Mariotte : batterie, guitare, mélodica
Pascal Pariaud : clarinette, clarinette basse
Michèle Véronique : violon
2 • LA DOUZAINE (F)

Afin d’inventer des jeux musicaux dont les règles n’existeraient pas, les souffleurs, gratteurs, tapeurs, frotteurs et ventilateurs de La DouZaine ont laissé au hasard le soin de les faire chercher ensemble. Cette sorte de feu d’artifice aussi euphorique que malicieusement grinçant relève du principe du “big-band intelligent” (cf “Que d’la gueule”, “Le Trésor de la Langue”, etc.) lequel réunit l’énergie du rock, la liberté de l’improvisation, la recherche sonore électroacoustique, l’écriture contemporaine et l’évidence brutale de la poésie.
   
Vendredi 6 juin 20h30
La Fabrique, 23 rue de la Fabrique, Andrézieux-Bouthéon
Janet Feder : guitare acoustique préparée
Colin Bricker : laptop, échantillonneur
3  • COWHAUSE (USA)

Janet Feder
réinvente la guitare folk du 21e siècle. Son jeu sensible et narratif rentrant — serait-ce une honte ? — dans le paradigme de la composition tempérée occidentale se fait l’écho du Hans Reichel du “Death of the rare bird Ymir”. Les arpèges chamarrés et scintillants de sa six cordes, en appellent aussi à Bert Jansch, John Fahey ou Joni Mitchell. Tourbillons mélodieux.
À écouter : Janet Feder “Speak Puppet” (ReR Jf1 / Orkhêstra)
www.cowhause.com
 
Jean-Paul Delore : lecture
Dominique Lentin : batterie, percussions
Andrea Martignoni : percussions, électronique
4  • DELORE / LENTIN / MARTIGNONI (F/I)
« UN FILS DE CONTANTINE »

Portrait-trajectoire, hommage vibrant à la mémoire d’Albert-Paul Lentin (1923-1993) journaliste, historien, poète, via la partition musicale de son fils, Dominique, batteur-acteur-bourlingueur de la scène des musiques innovatrices depuis des lustres. Alors que les textes sont issus des mémoires, interviews, poèmes, extraits de livres et de correspondances d’Albert-Paul Lentin, les matériaux sonores mêleront percussions, sculptures à cordes et électronique.
Soirée co-réalisée avec La Fabrique
   
Jeudi 12 juin 20h30
Le Chok Théâtre, 24 rue Bernard Palissy
home made instruments
5  • HUGH DAVIES (GB)

Déjà invité en 1994 en compagnie de Max Eastley, l’inventeur d’instruments bizarres Hugh Davies, continue son petit bonhomme de parcours, loin des modes et de l’intellectualisme de bon nombre de ses pairs bidouilleurs-improvisateurs. Ses récentes lutheries préparées (“porcupine”, “shozyg”, “multishozyg”, etc) jouent et se jouent de toutes les dissonances et contribuent à chaque nouvelle adjonction de tige, micro contact ou ressort à nous ouvrir la porte de saisissants imaginaires sonores.
À écouter : “Warming Up With the Iceman” (Grob / Metamkine)
 
électronique, batterie, percussions
6  • CHRIS CUTLER (GB)

L’irréductible Chris Cutler (Henry Cow, Art Bears, Cassiber, Pere Ubu, etc) arpente depuis plus de trente ans les scènes du monde, propageant sa vision éclairée d’un rock en opposition qui ne se décide toujours pas à lâcher prise. Balles de ping-pong, brosses à dents électriques, vibro-masseurs, moulinettes, sampler jouets infiltrent le kit de batterie traditionnel et font de ce solo un parfait instantané de musique concrète.
À écouter : “Solo” (ReR CC1 / Orkhêstra)
www.ccutler.com
 
guitare à résonateur préparée
7  • TETUZI AKIYAMA (J)

L’acolyte de Taku Sugimoto, Otomo Yoshihide, Toshimaru Nakamura, etc, pilier de la scène Onkyo, est l’exécutant d’un solo de guitare abrasif qui s’inscrit dans une tradition au blues. Non à sa forme idiomatique, mais imprégné par lui, restitué avec une abstraction radicale. C’est dans une relation presque fétichiste à la guitare, dans une mise à nu de l’instrument que Tetuzi Akiyama érige un paysage industriel, les lignes harmoniques entrecroisées de son dobro évoquant limaille et paille de fer, filins tressés, roulette de dentiste ou portique résonnant.
À écouter : “Résophonie” (A Bruit Secret 08/ Metamkine)
www.japanimprov.com/takiyama/
   
Vendredi 13 juin 20h30
Musée de la Mine, 3 bd Franchet d’Esperey

Peter Duimelinks,
Roel Meelkop,
Frans de Waard : 
objets
8  • KAPOTTE MUZIEK (NL)

Alors que les enregistrements studio de Kapotte Muziek, trio fondé en 1984 autour de Frans de Waard, se concentraient sur le remix recyclage d’un matériau sonore préexistant, on assiste en “live” à un collage sonore d’objets usuels souvent glanés sur le lieu même du concert. L’accent est mis sur une écoute attentive des matières, des textures plus que sur une combinaison architecturale et préconçue des sons entre eux.
À écouter : “Mort aux Vaches” Staalplaat (Metamkine)
www.staalplaat.com
 
eRikm : platine, mini-disk, électronique
Jérôme Noetinger : table de mixage, électronique
9  • eRikm/ JEROME NOETINGER (F)

Deux improvisateurs de la génération 90 croisent leurs mixs et tous les sons (induits ou fortuits) qui les traversent. Jérôme Noetinger, présent sur bien des fronts (production, distribution, programmation) et eRikm, platiniste-bruitiste émérite, actionnent les manettes d’un dispositif fait maison, volontairement épuré de tout étalage technologique superflu. Il en résulte une performance habile et contrôlée, un million d’années-lumière en avance sur la scène électro.
À écouter : “What a Wonderful World” (Erstwhile 028 / Metamkine)
www.erikm.com
 
Jeffrey Allport : percussion
T im Olive : guitare
10  • ALLPORT : OLIVE (CDN)

Ce duo créé en 96 à Vancouver a adopté la philosophie du retrait, du “soustractif”, de l’anodin chère à Cage et aux “réductionnistes” de tout poil. Le concert, proche de l’installation sonore nous installe face à une électroacoustique libérée, les deux improvisateurs laissant la musique les emporter dans son flux, guettant sereinement ses moindres déplacements, ses résonances et transformations naturelles.
À écouter : “allport : olive”, mini-CD
www.infrequency.ca
 
laptop, échantillonneur
11  • ROEL MEELKOP (NL)

Cette autre déclaration du “très peu” et du temps arrêté brouille notre appréhension des contours et des distances comme le ferait une promenade par une nuit sans lune. Ces souffleries aux harmoniques stellaires, ces faisceaux de sons balayant lentement l’espace, ces résonances en de lointains tunnels désaffectés nous plongent à l’intérieur de nous-mêmes, dans un cocon tiède et duveteux, nous donnant à grand renfort de sons suprêmement désincarnés, une impression de chaleur et de grande proximité.
À écouter : “to be announced” (line 2, ios smolders / Metamkine)
 

Michel F. Côté : percussion, MC 505
Bernard Falaise : guitare
Alexandre St-Onge : basse, contrebasse, traitements
12 • KLAXON GUEULE (CDN)

Pour ce trio de la scène Montréalaise, chaque événement sonore compte. Épais tissu molletonné fait de plusieurs couches aux dynamiques absorbantes, paysages grisés se recouvrant les uns aux autres, masses denses se déplaçant imperturbablement dans un espace illimité. Les trois pilotes du vaisseau spatial Klaxon Gueule dénotent d’un sens de l’anticipation redoutablement développé et nous promènent en des mondes autant parallèles que fracturés.
À écouter : “Bavards” (AM 052 / Orkhêstra), “Muets” (AM 076 / Orkhêstra), “Grain” (AM 101 / Orkhêstra)
www.supermusique.qc.ca   www.actuellecd.com
Concert organisé avec l’aide du Conseil des Arts du Canada
   
Samedi 14 juin 16h30
Concert chez l’autochtone #01, 6 passage Ste-Catherine
réservation obligatoire au 04 77 47 05 77
Bertrand Denzler : saxophone ténor
Jean-Sébastien Mariage : guitare électrique
13  • DENZLER / MARIAGE (F)

Apnée au cœur du son. Hypnose asymétrique. L’air est taillé au microscope, le métal au scalpel. Les matières brutes sont érodées, rayées, raturées par les frottements et les impacts. Un univers sous-terrain grouille, des particules s’entrechoquent, reflet défiguré d’un monde d’amalgames, de scories, de poussières et d’éclats comme autant de signes avant-coureurs d’une désintégration annoncée.
À écouter : “Mars” (Inversus Doxa / Metamkine)
   
Samedi 14 juin 20h30
Théâtre Le Verso, 61 rue de la Richelandière
Andrea Konstankiewiczova : violoncelle, voix
Dorota Barova : violoncelle, voix
14  • TARA FUKI (CS)

Le duo Tara Fuki vient de Brno au sud de la Moravie. Les textes des chansons d’Andrea et de Dorota écrits pour leur majeure partie en polonais (du fait de leurs racines familiales mais aussi parce que cette langue est dotée de voyelles et de consonnes plus douces et plus chantantes que le tchèque) s’inspirent de la poésie des rêves et de la nuit, comme une extraction du subconscient.
L’Académie Tchèque de la Musique a décerné en 2001 à Tara Fuki le « Premier Prix de la Musique Innovatrice » (sic).
À écouter : “Piosenki do snu” (Indies Records)
www.tarafuki.cz
   
Dimanche 15 juin 17h
L’Usine, Comédie de Saint-Étienne, 7 av. Emile Loubet
Red : voix, guitare
Noël Akchoté : guitare
Jean-François Pauvros : guitare
15  • RED / AKCHOTÉ / PAUVROS (F)

Le nouveau répertoire du rouquin traite des petits drames du quotidien de cette même voix (plainte ?) de bluesman d’avant la Grande Dépression, craquements du phonographe inclus. Red trempe ses blessures en eaux troubles et en ressort ce blues rouillé, attaqué de corrosives interférences électro. Akchoté et Pauvros, tortionnaires réputés de la six cordes, viendront salir les arpèges du ténèbreux écorché. S’attendre à les voir mettre, ensemble, les mains dans le moteur nous promet un bien joli cambouis.
À écouter : “33” (Rectangle 064 955-2)
www.rectangle.org
 
Martin Alacam : guitare acoustique
Richard Deutsch : guitare électrique
Cristoph Pajer : violon
Christof Rothaler : violoncelle
16  • METAMORPHOSIS (A/CZ)

L’Europe de l’Est fournit depuis quelques années un formidable terroir créatif aux musiques d’aujourd’hui. En voici un nouvel exemple. Les vingt-et-une cordes de ces trois instrumentistes autrichiens et d’un turco-tchèque s’émaillent parfois d’un chant à l’unisson (plusieurs langues possibles). Les harmonies aux arrangements somptueux louchent langoureusement sur celles du Kronos Quartet, Die Knödel ou Friends of Dean Martinez tout en se forgeant une originalité indéniable.
À écouter : “Piosenki do snu” (Indies Records)
www.metamorphosis.at
   
Lundi 16 juin 19h
14 Mois, 30 rue des Frères Chappe



John Russell : guitare
Mathieu Werchowski : violon
Ute Völker : accordéon
17 • JOHN RUSSELL / MATHIEU WERCHOWSKI / UTE VÖLKER (GB/F/D)

Mathieu Werchowski est l’instigateur de cette réunion entre trois des francs-tireurs les plus passionnants des musiques improvisées. Qu’il se produise en solo ou en compagnie des ses pairs britanniques (Evan Parker, John Butcher, Roger Smith, Phil Minton, etc.), John Russell encore trop méconnu sur le continent distille depuis des décennies un langage guitaristique ultra personnel, méritant plus qu’un détour d’estime.
   
[ACCUEIL] [FESTIVAL DES MUSIQUES INNOVATRICES] [TOTO N’AIME PAS LA SOUPE] [SMI] [BRUNO MEILLIER]




Webmaster